Examen critique de l’utilisation des tests psychologiques projectifs Rorschach dans les expertises psychiatriques dans les tribunaux européens comme élément de preuves scientifiques.

 

Cet article, publié par Igor Areh (A), Fanny Verkampt (B) et  Alfred Allan (C)  examine de manière concrète, à travers l’utilisation de tests projectifs dans l’affaire F c. Bevándorlási és Állampolgársági Hivatal (2018), la façon dont des techniques et connaissances psychologiques sont utilisées. Pointant l’absence de normes sur lesquelles la communauté scientifique internationale pourrait s’appuyer, les auteurs s’attachent à proposer une série de recommandations à destination des experts psychologues dans le champ judiciaire.

 

(A) – Faculty of Criminal Justice and Security, University of Maribor, Ljubljana, Slovenia;  (B) – CLLE, Université de Toulouse, CNRS, Toulouse, France; (C) School of Arts and Humanities, Edith Cowan University, Perth, Australia.

L’arrêt de la Cour (troisième chambre) du 25 janvier 2018